Les 10 Meilleures Tables Étoilées Michelin de la Côte d’Azur

YouResto a visité les restaurants 1 étoile entre Cannes et Nice et vous présente les 10 meilleurs restaurants étoilés Michelin de la Côte d’Azur.

Après vous avoir expliqué en détails ce qu’est vraiment un restaurant Michelin, et vous avoir tout dit sur la significations des étoiles Michelin, nous vous présentons les 10 meilleurs restaurants « mono » étoilés Michelin de la Côte d’Azur.

Notre étalon : La Villa Archange de Bruno Oger.

Pour nous guider dans nos goûts et avoir une référence fiable, nous avons la cuisine de Bruno Oger à La Villa Archange, restaurant deux étoiles du Cannet, qui fait l’unanimité quant à la qualité culinaire : produits irréprochables, tout comme les sauces magnifiques et les cuissons impeccables.

Le Chef Bruno Oger est notre référence pour ce Dossier Restaurants Michelin
Le Chef Bruno Oger est notre référence pour ce Dossier Restaurants Michelin

Bruno Oger a apprit auprès des meilleurs et il sait très bien retranscrire sa passion pour la cuisine et le goût. Le lieu est agréable et confortable, voire très agréable. Bourgeois, une belle bastide avec une jolie cour arborée, des salles cosy et décorées avec soins, sans grandes ostentations, un parking vaste et privé, pas de voiturier, 1 sommelier sans effets de manche, une table d’hôte en cuisine.

Que trouverez-vous dans un restaurant étoilé Michelin de la région?

Est-ce que ça vaut le coup? ou pas? Oui, bien sûr que ça vaut le coup !
Chaque établissement sera différent. L’un sera plus ostentatoire, plus opulent, plus luxueux, un autre plus familial, plus rustique, plus authentique, plus auberge. Beaucoup (la majorité) auront une certaine idée du luxe, du protocole de salle, et mettront les petits plats dans les grands. Avouons que c’est aussi un peu ce que l’on recherche, non?

 

Se sortir un peu (ou beaucoup) de ce que l’on a à la maison, et de ce que l’on trouve dans un « simple » restaurant. Vivre une expérience. Entrer dans ces restaurants comme on entre dans un lieu sacré, la sacro-sainte haute gastronomie. Mais franchement, fermez les yeux lors de vos bouchées, laissez la place aux goûts, et là, le décor s’évaporera, les papilles s’éveilleront.
Venir trouver des saveurs encore inconnues, ou y retrouver des saveurs vraies et profondes, des accords surprenants, des assiettes dressées comme des tableaux, des produits à la qualité de gout authentique, un service attentionné, mais pas trop derrière nous, qui nous laisse déguster, qui sache être présent en se faisant oublier. Bref, vivre un moment le plus magique possible, une expérience de cuisine, partir à l’aventure des saveurs.

 

C’est cher, un étoilé Michelin..?

Bah non, même pas…ou pas vraiment, surtout le midi ! Considérons que vous sortez sur le littoral, pour un restaurant simple, vous commandez un plat, un dessert, une boisson, un café…combien..? 25e un plat, pas moins de 8e pour un dessert, boisson au moins 8e pour de l’eau ou 1 verre de vin, café 3e = 44e. Et la qualité du repas? pas forcement mauvais, mais pas forcement avec des produits de 1ere qualité, ni un savoir-faire génial, et regardez bien : choisissez un étoilé, vous irez manger le midi chez Christophe Duffau, Daniel Ettlinger Clos St Pierre ou Alain Llorca pour 32€, 38€ ou 42€. Les autres tables sont dans le même flux de tarifs, l’excellent Sébastien Broda au Park 45 propose un Menu à 39€ et le superbe Michael Fulci Terraillers est à 43€ Week-End compris. Avec un service d’une qualité irréprochable inclus. Alors, c’est cher, un restaurant étoilé…?

 

Fromage et rhubarbe chez Bruno Oger
Fromage et rhubarbe chez Bruno Oger

 

On ne demande pas forcement une cuisine et des plats spectaculaires, mais un truc qui sorte de l’ordinaire, hors du commun. Retrouver ces Madeleines de Proust, ces bouquets, ces fumets, ces effluves qui nous rappellent un instant de vie, une émotion. Voilà ce que l’on cherche lorsque l’on pousse la porte d’un restaurant Michelin : on livre au Chef notre pleine confiance pour qu »il nous transporte d’émotions.
Avoir confiance dans sa ré-interprétation de la cuisine essentielle, mélangeant la tradition et la modernité. Et puis , il y a la réputation du Chef. Il est plus ou moins connu. Ça peut paraitre plus ou moins impressionnant. Sans compter que, lorsque l’on décide d’aller manger dans un restaurant Michelin plutôt que dans un restaurant « normal », on s’y prépare, c’est extra-ordinaire, on va peut être autant vouloir épater sa chère et tendre que son patron, ou soi-même. Du coup, on en devient exigeant. Peut être un peu trop. Car quel que soit la qualité ou le « grade » du restaurant, le repas doit rester un moment de bonheur culinaire, un moment de détente.

 

On doit éviter de scléroser cet instant d’évasion, de dessécher cet instant de vie qui doit respirer l’émotion. Le travail de la salle et les directives du Maître d’hôtel sont là pour y veiller et imprimer la juste dose d’attention à leur convives. Fascinant de voir comme ces deux Mondes sont complémentaires : la cuisine et la salle. Chacun a ses codes et son style. Les cuivres en cuisine, et l’argenterie en salle. Astiquer, épousseter, repasser, dresser. Certains ont choisi de garder la valeur de la parure des nappes blanches, d’autres les ont éliminées. Reste le ballet impeccable des femmes et hommes au service de salle. Le nombre de tables se veut peu élevé, afin de garder un confort et une intimité de conversation, et pouvoir jouer des coudes si l’envie s’en ressent. Éviter un service trop solennelle, trop raide, prétentieux et pédant, pour dissiper le mal être, cette impression de ne pas être à notre place, de ne pas dire un mot plus haut que l’autre, ou de ne pas pouvoir dire son sentiment sur un plat, de peur de se voir pointer du doigt ou d’un œil dédaigneux, du genre « mais monsieur, c’est comme ça et ce n’est pas autrement… » . Du sourire, de la décontraction et de l’élégance.

 

La Table de Patrick Raingeard Cap Estel
La Table de Patrick Raingeard Cap Estel

 

En cela, les restaurants Michelin ont fait des progrès, et parfois le service peut même paraitre trop décontracté. Je ne connais pas les établissements étoilés d’autres départements que le 06, mais il semble que les restaurants « mono » étoilés Michelin sur la Côte d’Azur soit très affutés, tant en termes de cuisine qu’en termes esthétiques, et pourraient faire penser qu’ils méritent une récompense de niveau supérieur.

 

La qualité culinaire y est élevée, on ne notera que des nuances d’un établissement à l’autre. Un point très important à ne jamais oublier : certains Chefs sont propriétaires de leur maison, d’autres sont salariés. Je ne sais pas si ça change tout, mais ça permet de regarder la table avec un œil avisé. Pour proposer une expérience culinaire digne de ce nom, il faut, tous les Chefs vous le diront, car c’est la vérité, et Michelin en fait un des critères principaux, des produits de qualité voire de qualité exceptionnelle. Ici, vous pourrez commencer à comprendre que chacun ne pourra pas acquérir les produits dont il a vraiment envie. Car les produits se font rares et de plus en plus chers. De beaux légumes, de bons poissons, une très belle viande, ça se paie. Ensuite, il faut savoir les travailler, mais on a déjà fait 60% du chemin. Un poisson à la cuisson massacrée…dommage pour le client, et tant pis pour le Chef ! A contrario, rechigner sur la qualité d’un produit, ce sera aussi tant pis pour le client, et tant pis l’établissement, qui verra sa réputation ternie par un « c’était pas top… ».

 

Perdre un client est très facile, le récupérer est beaucoup plus difficile. Donc , certains Chefs ont le loisir d’un portefeuille un peu plus ouvert que d’autres, et il faut savoir faire les justes choix d’approvisionnement. Entrent en jeu les fournisseurs, que les Chefs vont chercher, rencontrer, et établir un lien de confiance particulier. Ils sont un peu les garants de la régularité de la table. Des Chefs préfèreront ne pas servir des produits reçus et jugés impropre à la qualité de leur plat. Souvent en pure perte. Bravo à eux. On a bien là le respect de la cuisine et du client. Cette qualité qu’on tous les Chefs de ce niveaux : le partage et la volonté de faire plaisir. C’est pour cette raison que vous avez le droit et le devoir d’informer la salle et le Chef d’un produit ou un plat qui vous aurait donné peu de satisfaction. Le dire gentiment et sans prétention. Mieux vaut le dire au restaurant que dehors, ça ne vous servirait à rien d’autre que d’être frustré.

 

Autres postes sur lesquels cette sortie au restaurant devient extra-ordinaire, la pâtisserie et la sommellerie. Rares sont les établissements qui ne nous ont pas ravi les sens. Certains Chefs Pâtissiers évoluent même certainement à un niveau qui mériterait une reconnaissance supérieure. Les Sommeliers  ajoutent au voyage des accords aux mets, et il y a eut des enchantements. Sachez toutefois que le sommelier est apprécier par le client, mais aucunement dans les critères Michelin. Bruno Oger représente parfaitement l’exemple, puisque récompensé de deux étoiles alors qu’il n’avait pas encore de sommelier, et Daniel Ettlinger au Rouret ou Le Bacon n’en ont pas d’attitré, le Maitre d’hôtel s’en chargeant. La nuance est notable, mais pas du tout rédhibitoire.

 

Allons à la rencontre des meilleures tables étoilées Michelin de la Côte d’Azur.

 

Voici un florilège de tables 1 étoile Michelin sur la Côte d’Azur.

Nous faisons ici le résumé des détails marquants, vous en saurez plus en cliquant sur le lien de leurs articles complets.
Dans la liste ci-après, 4 établissements très cossus et luxueux (Cap Estel Patrick Raingeard, La Passagère Yoric Tieche, Park 45 Sébastien Broda, Le Candille David Chauvac) et 1 établissement cossu (De Bacon Romain Fromentel) où les chefs sont salariés et non propriétaires, les autres sont des établissements huppés et confortables, plus ou moins simples, plus ou moins provençaux (Alain Llorca, Les Terraillers Michael Fulci, Les Bacchanales Christophe Dufau), 1 autre au chic plus simple et rustique (Le Clos Saint Pierre Daniel Ettlinger), où les Chefs sont propriétaires. 5 de ces tables étoilées Michelin ont des qualités culinaires et une personnalité qui flirtent avec les exigences de restaurants doublement étoilés, sans parler de la beauté du dressage de leurs assiettes ou du faste des lieux qui les accueille. Concernant le classement fourchettes Michelin, on peut aisément requalifier les fourchettes noires de Alain Llorca et Park 45 en rouge donc ajouter « agréable », et surclasser la fourchette de Christophe Dufau Bacchanales en 2 fourchettes.

 

Formule (1+1) à partir de 49€ le midi en semaine. Menu à partir de 59€ le midi. Menus Découvertes midi et soir pour Dégustation à 120€ . Le soir, c’est le Menu Inspiration à 150€.
La Carte, Entrées entre 32€ et 38€. Plats entre 48€ et 68€.
Cet écrin luxueux, caché au bord de mer, va comme un gant à ce breton perfectionniste et généreux. Le Cap Estel accueille magnifiquement La Table de Patrick Raingeard et sa cuisine parfaite, très créative, aux saveurs profondes et aux cuissons remarquables. Dressage subtil. Peu de tables pour une salle vaste et sobre, pas de nappage mais un bois soyeux, très belle vaisselle, dont des assiettes en platine. Le directeur de restauration Laurent Bouveyron réussi un travail remarquable en salle avec son équipe, discrète et très efficace. Le Sommelier Emmanuel Da Rocha propose une sélection de vins parfaitement associée aux mets du Chef Raingeard. Les desserts, créatifs et savoureux, sont réalisés par Vincent Delhomme. Domaine privé, 5 étoiles, spa, piscine à débordement, vue mer, voiturier.

 

 

Menu 42€ le midi, 62€ avec 2 verres de vins, eau, café. Menu de saison à 70€, Menu Dégustation 5 services à 140€.
La Carte , entrées entre 28€ et 70€, plats entre 45€ et 75€.
En dehors des tumultes côtiers, et offrant une vue imprenable sur Saint Paul de Vence, le restaurant étoilé Michelin de Alain Llorca est une étape incontournable sur la Côte d’Azur pour un gastronome. Chef auparavant doublement étoilé et ayant apprit auprès des plus grand, Alain Llorca bénéficie d’une technique et d’un savoir-faire sans faille, qui permet de magnifier les produits, d’une qualité irréprochable. L’endroit est très confortable, l’opulence se niche dans le caractère de la maison. Le charme Provençal. Les vins du sommelier Julien Canale sont là pour joliment souligner chaque plat avec bonheur. Les douceurs sont proposés ni plus ni moins par le frère de Alain Llorca, Jean-Michel, un As lui aussi, qui sait tirer le meilleur parti des produits qu’il travaille, pour en sortir des senteurs et des saveurs très justes. Voiturier.

 

Midi semaine menu à 39€, Menu végétarien en 4 services à 55€ . Midi ou soir, deux autres menus gastronomiques, selon la saison et le retour de marché : Découvertes, 3 services à 75€ ou 4 services à 95€, ou le menu Inspiration en 6 services qui vous permettra de découvrir l’étendue du talent de Sébastien Broda pour 140€.
A la carte, les entrées se déclinent entre 29€ (L’artichaut de Jean-Charles Orso dans tous ses états) et 68€ (variation d’asperges de Roques-Haute et œuf Bio confit au miso blanc surmonté de caviar). Les plats , entre 32€ (retour de cueillette) et 52€ (poisson Denti rôti et artichaut en textures, bouillon piperade et tripettes, huile de basilic).
L’endroit est discret, bien qu’au cœur de La Croisette. D’ailleurs l’endroit idéal pour un Festival du Film tranquille. Rien d’opulent ici, le décor est raffiné, coloré, feutré, vintage, le luxe est plutôt du côté de l’attention au client avec Julie et Nicolas sous la houlette du Maitre d’hôtel Marc Simonet. Le Chef Sébastien Broda à eu la confiance du directeur général Mr Raybaud depuis 2009. La cuisine y est formidable, les accords sont fin et audacieux. Dressage coloré et harmonieux. La Mer trouve ici un cuisinier très attentionné, qui propose des produits de tout 1er ordre et locaux. Pascal Picasse, le Chef pâtissier, nous glisse des desserts inventifs et succulents. Corentin se charge des accords mets et vins, de la plus belle des façon. Jardin sur La Croisette, 5 étoiles, plage privée, Voiturier à commander.

 

 

1 formule déjeuner (1+1) à 48€, et 3 menus : 58€ Menu Inspiration Midi et soir, 85€ Menu Grand Bleu, et 120€ pour le Menu Aventure.
La carte entrées à partir de 21€ (œufs de ferme mollets aux champignons du moment) à 42€ (Langoustines frottées au gingembre). Les plats de 37€ (cabillaud aux écailles de poulpe), à 50€ (Saint Pierre juste Nacré).
Scott Fitzgerald y avait ses inspirations et ses fêtes, où Picasso , Hemingway ou Valentino venaient s’amuser dans les années 30. Ouvert sur la Baie de Juan les Pins avec L’Esterel en tableau pour le coucher de soleil, opulence art déco très glam et céramiques façon Picasso pour la salle entièrement refaite du restaurant étoilé La Passagère. Le Chef Yoric Tieche, Chef pâtissier Steve Moracchini et leurs équipes  viennent d’être récompensés d’une étoile au Guide Rouge. Le Chef a apprit la nouvelle en allant chercher son fils à l’école. Plaisir de voir aussi les étoiles dans les yeux de son petit.  Axé prioritairement sur la mer, la cuisine de Yoric Tieche est créative. Il invente , tente, maîtrise et réussi. Saveurs subtiles et élégantes. Steve Moracchini est l’un des Chefs pâtissier les plus doués de sa génération, et vous proposera des desserts de haut vol, parmi les plus beaux, les plus étonnants et les plus savoureux des tables de la Côte d’Azur (poire et fenouil sous sucre tiré en cloche, une merveille). Les vins en accord des mets sont choisis par le pétillant Aymeric Verdy, toujours avide de nouveautés succulentes. N’oubliez pas de passer par le bar pour les parfaits cocktails de Julien et Julian (au concombre/basilic par exemple). 5 étoiles, plage, bar classé, terrasse sur mer, Voiturier.

 

 

Menu Midi à partir de 55€ en semaine pour le menu du midi, ou un menu avec au choix bouillabaisse dégustation ou bourride à 85€ (déjeuner ou diner) . A la carte, les entrées sont entre 23€ (Soupe de poisson « avec rouille » ) et 75€ (Fricassée de Langouste tiède à l’estragon). Possibilité d’avoir des 1/2 parts. Les poissons sont entre 70€ (Rouget à la vapeur « Beurre de Basilic ») et 175€ (Homard à la nage aux 700gr). Comptez 75€ les 500gr
Une courte interruption, un an, en 2011, où l’étoile à été mise au placard par les inspecteurs Michelin. Institution de la Famille Sordello, en bordure de mer, la vue est offerte sur les Pré-Alpes, la Baie d’Antibes et ses Remparts. Déco sobre et claire, sculptures en pâte de verres signées Novaro. Avec la qualité du poisson servi, le luxe est surtout dans l’assiette. Le nouveau Chef, le jeune et talentueux Romain Fromentel, qui était second de Serge Philippin (en retraite, aux commandes au Bacon de 78 à 2011), connait la maison depuis 9 ans. Il est dans la droite ligne de son »Maitre », et on lui souhaite de progressivement pouvoir amener de plus en plus de sa personnalité à cette cuisine déjà impeccable. Amateurs de poisson, les saveurs sont ici un rêve. Par exemple, la finesse extrême de la pâte de raviole pour le Délice de Loup est une merveille, car elle apporte aussi et malgré tout une mâche onctueuse. L’équilibre de Safran de les jus est simplement parfait. Certainement le meilleur restaurant de poisson de la Côte d’Azur. Desserts simples et très efficaces, superbement réalisés ( immanquable mille-feuille ou tarte aux fraises). Pas de sommelier, mais la carte est vaste et ravira les connaisseurs, et Stéphane, avec 35 ans de maison, saura vous conseiller. Vue mer, Voiturier.

 

 

A partir de 43€ le midi (menu), y compris WE, hors fêtes, puis 74€ pour les Menu Saveurs du Moment, 85€ pour le Menu Découverte, et Le Grand Menu Surprise en 8 services à 120€ . Il existe un Menu Truffe, en saison et sur réservation uniquement, à 135€. Chaque menu peut être accompagné d’un accords de vins : respectivement +16€, +38€, +51€ et +61€.
A la carte,les entrées sont entre 35€ et 48€, les plats entre 48€ et 51€, le poisson à 14€ les 100gr, et les desserts à 20€
La Famille Fulci officie ici depuis la fin des années 80, et Michaël, le fils, porte aujourd’hui lui-même le flambeau. Imposant Mas, dans le virage qui mène au village de Biot, vous aurez un petit parking privé pour la voiture. Terrasse aux beaux jours, sous les glycines, ou en salle, à la beauté des pierres et des voutes de cet ancien atelier de potiers. Charme rustique, authentique, quelques œuvres d’art en pâte de verre signées du Maître verrier du village, le célèbre Novaro. Un espace de travail restreint pour la cuisine, en équipe, soudée autour du Chef Fulci. Dressage affuté des assiettes. Produits de première qualité et saveurs raffinées, des oursins parmi les meilleurs de la région, des poissons parfaitement cuits, viandes succulentes, et desserts excellents. La maison a toujours eu un faible pour les fromages, et le plateau proposé n’a jamais failli. C’est l’un des plus beaux de la région. La véritable cave à l’ancienne, avec ses pierres et son odeur particulière, sert de Royaume aux plus belles bouteilles du Grand Sud, de la Provence à Romanée Conti, en passant par Bordeaux et Chateauneuf.

 

 

Menu le midi à 62€, 2 verres de vins, eaux et café compris. Menu Découverte à 95€ (5 services) et Menu Grand Huit (7 services) à 135€
Carte entre 26€ (maquereau mi-cuit au sel viking, sphère et tuile de maïs) et 32€ (Asperges vertes de Mallemort rôties, morilles et crémeux au Tio Pepe) pour les entrées, plats entre 45€(Queue de lotte cuite au beurre de Sumac) et 52€ (Filet de Pageot rôti au romarin). Fromage 18€. Desserts 16€
Vaste domaine de verdure au cœur de Mougins, le Mas Candille accueille le restaurant Le Candille. Espaces verts plantés d’oliviers, Spa, restaurant d’été La Pergola au bord de la piscine, hôtel 5 étoiles, luxe charmant du début de l’arrière pays cannois. Calme et silence, vue sur les collines de Grasse, le lieu est à savoureux tant le midi (en terrasse aux beaux jours) que pour le diner, les versants vous faisant face scintillants de mille feux. Déco bourgeoise, aux tons gris et fuchsias, tables nappées et espacées. Le Chef David Chauvac confirme son étoile depuis le flambeau laissé par Serge Gouloumes, dont il était le second, en 2014. David Chauvac peut aujourd’hui personnaliser sa carte et amener son emprunte, nourrie de terroir local et de mangas. Les assiettes ont un graphisme plutôt droit et régulier, révélateur de l’intégrité du Chef envers son travail. Il y a non seulement la très belle qualité des produits, une technique à l’affut, et surtout un travail d’équipe, puisque les plats sont élaborés de manière collégiale. Ainsi, le magnifique Oeuf mollet et sa coquille en trompe-l’œil (effet coquille reconstituée par une marinade). Terre et mer ont autant d’honneurs à la table du Candille. Le Chef pâtissier Olivier Roth vous propose des desserts élégants et créatifs. Très belle carte des vins, Julien Leroux nous fait aussi voyager avec quelques étiquettes du Monde ( Nouvelle -Zélande). Domaine 5 étoiles, spa, piscine, Voiturier.

 

 

1 fourchette michelin Restaurant agréable assez confortable 1-etoile-michelin Une très bonne table dans sa catégorie
A partir de 32€ le midi en semaine (2 plats 32 €, 3 plats 40 €, 5 plats 65 €), 55€ le dimanche midi (3 plats 55 € et 5 plats 75 €) Menus 65 Euros (Entrée – Plat – Fromage et Dessert) 80 Euros (Entrée – Poisson – Viande – Fromage et Dessert ) Menu dégustation 7 plats : 105 Euros. Pas de carte
Comme beaucoup des restaurants de la liste, vous trouverez ce restaurant étoilé à l’orée de la ville, caché, au calme. Une villa de maitre, un jardin, des œuvres d’art, un salon au rez-de-chaussée et la salle de restaurant à l’étage. Ici, pas de dorures et d’opulences qui pourraient vous déranger. L’endroit est cosy, classy, calme et reposant, bourgeois juste ce qu’il faut, plutôt la belle villa des souvenirs de l’enfance, celle où l’on allait chez Grand-Père, le dimanche, façon Un Dimanche à la Campagne. Ou celle du copain chez qui on aime bien aller, le dimanche, justement. Petit parking privé dans la cour. Pas de voiturier. Pas de sommelier non plus. Qu’importe. Une cheminée pour le glam en hiver, une déco très sobre, pas de nappage, des feutrines comme set de table. Épuré façon Scandinave, le pays de cœur du Chef Christophe Dufau. En amoureux passionné de la vie et de ce qu’elle procure, Christophe Dufau et de son équipe de jeune cuisinier internationaux vous propose une cuisine sincère, locale, saine, raffinée et savoureuse. Ils travaillent tous avec le sourire et les assiettes vous le rendent bien. Jessica façonne des desserts non seulement jolis, mais très originaux et aux saveurs aussi étonnantes qu’équilibrées, un vrai plaisir (Douceur à la carotte).

 

 

Menu du Déjeuner 38€ servis tous les midis sauf dimanche ( Entrée – plat – dessert ) et Menu du Marché au tarif de 54€ ou 65€ servis le midi et le soir ( Avec 1 ou 2 Entrées – plat – fromage- dessert ). Pas de carte
Le Rouret est un village de l’arrière pays cannois, au centre du triangle Mougins, Grasse, Vence. Le Chef Daniel Ettlinger et Madame en sont tombés amoureux en 98, et y ont établi ce que le Chef défini plutôt comme une auberge, dans ce magnifique Mas, dont les pierres apparentes contribuent à l’effet Provence rustique de la déco authentique. Le Chef Ettlinger a vu son parcours marqué par le plus grand Chef italien, triplement étoilé Michelin. Il en garde une cuisine qui l’a converti à l’huile d’olive, lui , cet alsacien, et résolument orientée Provence et Méditerranée. C’est la table étoilé au dressage des assiettes le plus atypique : rien à voir avec les dressage au cordeau de beaucoup de ses confrères, ici , c’est plutôt bonne franquette. En salle, c’est un peu pareil : plutôt convivial et sympathique. Ça change. Ce qui intéresse surtout le Chef, c’est le produit. Et c’est vrai que ces fournisseurs le gâte, en tout cas Daniel Ettlinger a su les choisir, et garde avec eux une relation de confiance. Si le repas peu paraitre irrégulier, force est de reconnaitre que le pavé de fromage de chèvre et sa fraicheur au milieu du consommé de petits-pois apporte un chaud/froid dont on se souvient avec bonheur. Et la qualité du pigeonneau ce soir là  fût simplement exceptionnel, tant le produit était beau et sa cuisson parfaite. C’est ici que vous aurez la preuve que Michelin récompense le Chef pour sa cuisine et le produit. Pas de sommelier ni de voiturier, parking sur la place du village.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *