Restaurant Les Bacchanales Christophe Dufau

Les Bacchanales, restaurant étoilé Michelin à Vence, est résolument atypique. A l’abri et au calme, on y est élégamment décontractés dans cette superbe maison de maître, entourée de verdure et d’œuvres d’art. La cuisine y est créative et légère, inspirée par la mer et l’épicurisme du Chef Christophe Dufau. Vous y mangerez à partir de 40€.

 

Le chic tranquille

 

Situé sur une avenue tranquille et dégagée de Vence, l’adresse du restaurant les Bacchanales pourrait vous faire croire que le GPS s’est trompé. Pas du tout ! Le lieu est parfaitement en accord avec la personnalité du Chef : élégance et grandeur discrète, charme d’une sobriété rassurante, l’oeil bleu fjord et le sourire malicieux de Peter Pan, art de vivre hippie chic et « 3.0 » . Enfant terrible et facétieux, ancré à la nature et désancré des protocoles. Très actif sur le web, je vous invite à le suivre sur Facebook.

 

Bacchanales Vence
restaurant Les Bacchanales Vence

 

En arrivant au détour de la rue, l’avenue de Provence, qui nous emmène vers la campagne, après avoir passé le pont, on découvre la très belle maison de Maître et son grand balcon, portée sur 1 étage.

Villa de Maître au restaurant Les Bacchanales

L’endroit, son jardin et sa terrasse, doivent être formidablement agréables les beaux jours venus. Le lieu est aussi le plaisir des yeux, l’art y étant à chaque coin du regard. Tableaux, sculptures, céramiques et objets de table vous émerveilleront. On pense à Matisse, César, Léger…Mais c’est Etsy, Setch, Martine Polisset, Paco Sagasta et Anne Vilsboll qui propose aujourd’hui ce voyage artistique.  Un univers qui installe l’âme d’artiste du Chef Christophe Dufau.

Salon au Rez-de-chaussée, salle de restaurant à l’étage. Vaste, colorée, aussi carrée que droite ou arrondie, l’atmosphère, avec ses empreinte de bois clairs, ses tables et fauteuils droits, simples et élégants, portent immédiatement l’esprit en Scandinavie. Bingo ! Christophe Dufau a passé 9 ans au Danemark ! Il en ramène un esprit libéré, curieux, propre et droit, ouvert et tolérant, et légitimement tourné vers l’utilisation de produits locaux (locavore) et de saisons.

De l’art et du mobilier soft

Dans le coin droit de la salle, la belle cheminée moderne, en activité lors de journées fraiches et humides. Encore un œil à droite et vous découvrez les étagères couvertes de lourd bois brut, portant l’une des passions du Chef: le vin. Les murs sont méthodiquement couverts de toiles colorées, les angles de la salle arborent les bustes amis de Bacchus.

Pas de nappes sur les tables, mais de bien jolis sets en feutres ou en tissu, variant au gré des plats, des serviettes en coton et leur très original rond en cuivre signé Setch, tout comme les porte-couverts ou les superbes objets de présentations des plats, tantôt tortue, tantôt étoile de mer ou requin. La pierre, le bois ou la céramique s’invitent aussi sur la table, en bol ou support. Les assiettes sont sobres et efficaces, laissant l’expression des couleurs aux principaux acteurs : les plats.

Cette grande maison permet un formidable espace pour le travail de l’équipe en cuisine : vaste et très bien équipée, mélangeant le bois et le métal. Christophe Dufau s’est entouré de collaborateur jeunes, de nationalités multiples. L’ambiance est studieuse, la vue bucolique est dégagée sur un balcon. Un bel outil de travail qui donne envie d’offrir le meilleur de soi.

 

Christophe Dufau, le Chef épicurien

 

Le Chef Christophe Dufau Bacchanales Vence
Le Chef Christophe Dufau Bacchanales Vence

Les Bacchanales, c’est le 2e établissement de Christophe Dufau à Vence. Le 1er, le Petit Manoir,  était plutôt un « petit restaurant bistronomique de poche (40m²) et de village« . Mais il y a découvert le nom de son futur (et présent) restaurant, grâce à une enseigne en fer forgé et un dictionnaire, en partant des « B », et il y a gagné son étoile en 2008, gardée depuis. Michelin continue d’encourager sa cuisine inventive et hors des conventions. La cuisine est axée sur des produits de proches localités, de Provence ou de Corse, rarement plus loin. Et toujours sur la saison. Pas de tomates en hiver. Normal, il n’y en a pas dans les jardins :-) Le produit est utilisé le plus souvent en entier, car le Chef estime que c’est un tout dont chaque partie a sa raison d’être.

Le Chef Christophe Dufau aime la cuisine, les produits, les gens, faire plaisir, il aime étonner et s’étonner lui-même. Bref, il aime transmettre son plaisir de la vie, du plus profond de son cœur. Originaire de Draguignan, son parcours commence par les girons de sa grand-mère et de sa maman, puis Londres et Le Gavroche avec les frères Roux,  ainsi que Le Poulbot, puis pendant son service militaire à Paris, (et c’est peut-être là que naît son amour de l’histoire) il est cuisinier pour le ministre Alain Decaux. C’était fin ’80. Période importante pour Christophe Dufau puisque Alain Decaux le propose chez Bernard Loiseau à Saulieu en 91, année de la 3e étoile. Il y restera quelques temps, juste avant son envie de découvrir le monde et son départ pour le Danemark, où d’une saison prévue seulement, c’est 9 étés de sa vie qui y seront consacrés . Il ramène de Scandinavie les fameuses fumaisons (d’ailleurs tout aux Bacchanales est fait maison…lol) et d’autres techniques/spécialités, dont une avec du fromage de chèvre (à la carte au moi de Mars). L’hiver, il voyage et travaille aux 4 coins du Monde : New-York, Bangkok, San Sebastian…

 

Une cuisine plutôt méditerranée

 

Après avoir connu une grande ouverture d’esprit qui l’a mené à la cuisine fusion, le Chef s’est aujourd’hui recentré sur une cuisine locale, avec une véritable identité affichée, plus mature et plus cadrée. Il adore sa région et ses beaux produits, une variété qu’il juge incomparable. Pas besoin donc de produits exotiques, les proches producteurs sont largement suffisant. Et pour son produit préféré, l’oursin, il lui arrive souvent d’aller le prendre lui-même sur les rochers du coin. Très proche de la nature, tous les aliments du restaurant Les Bacchanales sont bio. Les légumes et les viandes, comme le cochon par exemple, sont aussi du coin. Moins facile à trouver, le poisson est choisi par le Chef à la criée de Impéria, en Ligure, à la frontière italienne. Deux fois par mois, c’est le meilleur endroit du Sud pour acheter des poissons hyper-frais, puisqu’au cul du bateau ! Le pêcheur Pierre-André Deville lui ramène des anémones de mer (en plus de quelques oursins). Christophe Dufau trouvera aussi des inspirations dans son livre fétiche (collection), une réflexion gastronomique rare et magnifique, achetée aux enchères : le Groumandugi de Maurice Brun, illustré par Louis Jou. Il y aime la philosophie d’une cuisine sans grammage, une cuisine feeling.

Tout ça donne une cuisine de belle facture, fraiche et raffinée. Les desserts de Jessica sont étonnants, équilibrés et gourmands. Comme ce dessert à la carotte, à découvrir 😉

Dessert à la carotte de Jessica
Dessert à la carotte de Jessica

 

Les prix du restaurant Les Bacchanales Vence :

 

Vous allez voir encore une fois, que vous seriez bien bête d’aller dépenser souvent bien plus d’argent dans des brasseries où tout est fait maison grâce aux poches industrielles, alors que vous mangez ici à partir de 32€ le midi en semaine (2 plats 32 €, 3 plats 40 €, 5 plats 65 €), et 55€ le dimanche midi (3 plats 55 € et 5 plats 75 €). ce qui en fait un restaurant d’excellent rapport Q/P. Le soir , c’est le fromage qui s’invite , et vous aurez le choix entre:
Entrée – Plat – Fromage et Dessert : 65 Euros

Entrée – Poisson – Viande – Fromage et Dessert : 80 Euros

Menu dégustation 7 plats : 105 Euros

Très bon

Vous voilà avec une jolie adresse Michelin, à ne partager qu’avec vos amis, pour y emmener qui vous voulez : mamie, votre moitié, votre boss ou un futur client, tous seront ravis.

Les Bacchanales, 247 Avenue de Provence, 06140 Vence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *